Sur Isla Mujeres on peut rapidement se laisser aller à une vie de Robinson. Se nourrir de fruits et de poissons et boire de l’eau de coco toute la journée. Mais en voyageant vers le Sud et lorsque l’on arrive au Belize, il ya de nouvelles merveilles à découvrir.

Cay-Caulker.

Cay-Caulker provient de l’anglais Key-cauker. Un “key” désigne en anglais un banc de sable ou un ilôt.

Cay –Caulker se trouve à une quarantaine de km au large des cotes du Belize au niveau de Belize City. La particularité de cette cote, est qu’elle est longée par plus la troisième barrière de corail du monde.  La barrière se trouve à environ une trentaine de km des côtes offrant ainsi une zone de 30 km de large à l’intérieure de laquelle les eaux sont très peu profondes. On y trouve d’innombrables ilots paradisiaques baignés par des eaux limpides et riches en poissons.

Cay-Caulker se trouve à l’intérieur de la barrière de corail. On peut y accéder par ferry. Le ferry ultra-rapide navigue à 40 nœuds environs et il faut compter une petite heure de trajet pour rejoindre Belize City. Sur cette ile vous vous sentirez coupé du monde. Et à juste titre, il n’y a pas grand-chose autour à part quelques bancs de sables. L’ile est relativement petite et on peut en faire le tour en une petite heure de marche. Sur la pointe sud de l’ile vous trouverez les logements les moins chers de l’ile. Pour environ 7 USD par personne et par nuit, vous pourrez dormir dans des maisons sur pilotis. Ce n’est pas bien luxueux, mais ces ravissantes maisons offre tout le confort de base dont vous avez besoin.

De l’autre côté de l’ile vous pourrez prendre un verre au Lazy Lizard, un bar restaurant ou certaines des tables sont dans l’eau ! Profitez d’un petit cocktail assis dans l’eau avec un bain de soleil.

Mexico City et ces innombrables activités nous avait épuisés. Nous avions à présent besoin de nous ressourcer en bord de mer tout en n’oubliant pas un des buts majeurs de notre voyage : visiter et découvrir quelque chose d’unique. Quoi de mieux donc que de se diriger vers la Riviera Maya. Cette côte entre Cancun et la frontière du Mexique avec le Belize n’est pas seulement magnifique, elle héberge également certains chefs d’œuvres architecturaux mayas.

Arrivée à Cancun. Nous ne vous conseillons pas de vous attarder à Cancun. A part des hôtels aux formules tout compris dont personnes ne sort, il n’y a pas grand-chose à voir. En revanche, rendez-vous au terminal maritime pour prendre le ferry qui dessert Isla Mujeres. Cette ile, à une trentaine de km à l’Est des côtes est un véritable Eden. A votre arrivée sur l’ile, louez un scooter (le prix de location est vraiment dérisoire). Si vous souhaitez passer une ou deux nuits sur l’ile vous trouverez près de Playa Norte une auberge exceptionnelle sur la plage à un prix très raisonnable (moins de 15 USD par nuit).

Lors de votre tour de l’ile vous aurez l’occasion de découvrir des eaux des plus turquoises, et des vues époustouflantes.  Sur la pointe orientale de l’ile ne manquez pas de visiter les ruines d’un temple maya. Ce temple et l’observatoire se trouvent au point le plus oriental de l’ile et recevez donc en premier les rayons du soleil. A l’époque déjà, les Mayas savaient que cet ile était le point le plus oriental du Mexique.

Les iguanes se promènent partout sur l’ile et la plus part n’ont pas peur de l’homme. Vous pourrez vous amuser à les nourrir. En continuant votre  tour de l’ile, vous observerez que la cote devient escarpée et les plages de sable fin disparaissent au profit de roches.

Enfin, le soir allez diner dans un des nombreux restaurants de fruits de mer avec un bon ver de vin blanc argentin ou du chili.

Après avoir quitté Nashville nous avons pris des bus vers le Sud, direction le Mexique. Au bout de plusieurs jours d’un périple à l’issue incertaine nous arrivâmes au Mexique. Changement de décors !

Le Mexique est le pays hispanophone le plus peuplé du monde. Perchée  à 2240 mètres d’altitude, la capitale Mexico City, forte de plus de 8 millions d’habitants est un des centre urbain les plus peuplé de la planète mais également un des plus pollués du monde. La zone urbaine de Mexico City compte elle plus de 21 millions d’habitants ce qui la classe au premier rang dans les Amériques et  en fait la cinquième agglomération du monde par sa population.

La ville fut fondée par les Aztèques autour de 1325 et portait le nom de Tenochtitlan. A l’arrivée de Hernan Cortes au XVIe siècle, il entreprit de prendre possession de la ville. Ce fut chose faite en Aout 1521.

Au XXe siècle, la ville connut une  expansion sans précédent. De 500,000 personnes, la population grandit jusqu’au niveau actuel. C’est à partir des années 60 que la population crut de manière exponentielle. Entre 1960 et 1980 la population de la ville doubla.  Elle produit plus de 20% des richesses du pays et se classe au huitième rang des villes les plus riches de la planète.

Mexico s’est aussi un des plus grands centres culturelles du monde. Un de nos principaux regrets a été de quitter Mexico City trop tôt. Une semaine ce n’est vraiment pas assez pour profiter de toutes les merveilles de la ville. La ville compte plus de théâtre que n’importe quelle autre ville du monde et se classe au troisième rang mondial en termes de nombre de musées derrière Londres et New York. Il existe des vestiges de toutes les civilisations ayant occupé l’emplacement actuelle de Mexico city, autant dire que mieux vaut prévoir le temps de visiter l’ensemble des musées de la ville.

Notre périple démarra à Nashville, Tennessee, dans le mid-ouest. Le voyageur européen a souvent entendu parler et s’est même rendu dans la plus part des cas à New York, Miami, Los Angeles ou Chicago. Mais rare sont ceux qui s’intéressent à des contrées plus éloignées et reculées. Loin des influences de la côte Est, le mid-ouest offre une variété de paysages intéressante.

Nashville par exemple, capitale du Tennessee, et forte de plus d 1,5 millions d’habitants est une ville de la taille de Marseille.

Fondée par James Robertson et John Donelson en 1779, la ville s’appelait alors Fort Nashborough en hommage à Francis Nash, héros de la guerre d’indépendance.  Avant et après la guerre de Session, la ville était déjà un centre commercial important. L’avènement du Grand Ole Opry en 1925 en fit la ville américaine de « la musique ».

Choisissez bien le moment de votre séjour, car le mid-ouest peut s’avérer extrêmement inconfortable pendant l’été. Les températures élevées et l’humidité rendent l’air difficilement respirable.  Vous pourrez découvrir des activités culturelles auxquelles vous n’êtes généralement pas habituées.

Au programme, le Grand Ole Opry qui est un concert au cours duquel les artistes se succèdent pendant une semaine durant avec  une sélection de music country. Le « Tenessessee Performing Arts Center » héberge un théâtre, un opéra et un ballet. Autre particularité, la ville accueille également le « EMI CHRISTIAN MUSIC GROUP » un  label de production de musique évangéliste !  La plus part des touristes se rendant dans cette agglomération du mid-Ouest viennent en pèlerinage musicale. Il s’agit pour la plus part de fan de music country se rendant à un concert ou bien un festival musical consacré à la country.

La nuit, pour ceux qui voudront s’amuser et faire la fête en musique, country s’il vous plait, il existe plusieurs restaurants, bars et boite de nuit sympathiques.  Après avoir passé une semaine ici, nous étions heureux d’aller découvrir une autre région !